info.caboteur@gmail.com

Lendemain de fête

Lendemain de fête

Fébrilité quand on doit se produire en public, même pour 2 chansons.
Répétitions. La tonalité : c’est trop haut, c’est trop bas, ok là c’est bon. Il faut que ça corresponde à ma tessiture, je ne chante plus aussi haut que quand j’avais 20 ans… Hélas ? Non, je m’adapte, je ne chante plus les mêmes chansons. Je transpose. J’interprète, je parle-chante, je susurre. On cale les paroles avec les accords, le rythme. Là, c’est bon, je note cet accord. Bon là, c’est quoi cet accord de merde, ouh la la ! Il est trop compliqué, voyons si je peux en trouver un autre, sinon il va falloir que je m’entraîne, et on n’a pas trop le temps. Il faut que j’écrive ces accords sous les paroles.
Le lendemain, bizarrement, on a oublié la tonalité, c’était quoi déjà ? Moi, je pars sur cette note. Ça correspond à quel accord ? Ah non, il est trop compliqué cet accord… Je sais, on va changer la mélodie. Non, non ! C’est trop tard pour que j’apprenne une autre mélodie ! Alors, on fait une autre chanson. Non ! Je veux chanter cette chanson. Je n’y arriverai jamais, merde ! Mais si ! Je n’ai pas le temps ! Je ne connais pas le solfège ! (?) Je ne connais que des accords de guitare… Accablement. Mais si, tu vas voir, ce soir je t’écris toutes les notes sous les paroles, ça ira, tu vas voir.
Le lendemain, on arrive finalement à se caler. On répète, on répète, on répète… jusqu’à minuit. J’ai de nouveaux voisins, au 3ème étage. Sympas, quand même. Ils acceptent qu’on répète tard, puisque c’est pour la nuit de la St Sylvestre (sms).
Nuit de la St Sylvestre. Trac, un peu, de plus en plus. Je n’ai pas mangé avant. J’ai fait quelques exercices de placement de la voix, de respirations. Il faut que j’arrive à chanter lascivement. Lascivement ? Je n’ai jamais fait ça, mais l’expérience m’intéresse. Je me suis entraînée, dans la cuisine, dans la salle de bain, devant le miroir, même dans la rue, en marmonnant.
La tenue vestimentaire : un peu chic quand même… mais, c’est que si le chocolat fait rétrécir les jeans, il fait aussi rétrécir les chemisiers, et ça, ce n’était pas prévu… Par ailleurs, j’ai remarqué que si j’achète des vêtements plus grands, après, où on va, je ne vais pas arrêter de m’arrondir… Bref, bref ! Quelle allure j’aurai, je le verrai à la vidéo !
C’est l’heure. On y va. Je fais du mieux que je peux. Je me trompe dans la mélodie d’un couplet (les spots, le public tout près, si près), mais je fais confiance à mon guitariste-de-feu-de-camp pianiste qui s’adapte. Je savais qu’il allait rétablir. Je chante plus vite ce couplet, plus lentement celui-là, cet autre-là, je le parle quasiment. Sur scène, j’improvise, mais le pianiste suit sans problème : un plaisir de travailler avec quelqu’un qui ne connaît pas la musique, ne connaissant (presque) rien, il est prêt à tout.
Comme je m’y attendais, le public rit. Tant mieux. Ça y est, c’est fini ! J’ai chanté les 2 chansons. Je ne suis pas mécontente. Le pianiste et moi nous congratulons. Merci camarade pianiste !
Le lendemain matin, 1er janvier : sentiment de grande solitude, un grand vide, une envie de chialer, d’ailleurs si je n’avais pas eu envie de faire pipi, je serais restée sous la couette… Allez, allez, on se secoue, on accepte cet état, et… quasi miraculeusement, une idée me vient en entendant marcher au-dessus de ma tête : je vais présenter mes vœux à mes nouveaux voisins. Il y a 3 enfants, je vais bien trouver des cadeaux pour chacun d’entre eux. En effet, je trouve des bouquins, je les emballe, je monte. Bonne Année voisins, je suis la Mère-Noël ! Les enfants sont ravis de leurs cadeaux respectifs (ils sont bien élevés ces enfants ! Ils m’offrent un Père-Noël en pain d’épices, comme ça, spontanément. Super !). C’est l’heure de l’apéro : je descends chercher des bières, du pastis, du coca, enfin ce que j’ai. Ça va mieux d’un coup ! La journée peut commencer ! De plus, j’ai reçu des vœux sur mon téléphone portable ! On ne m’a pas oubliée ! Vous remarquerez tous ces points d’exclamation qui sont un signe de mieux-être.
C’est un lendemain de « fête ».

AnneMarie Crespi

Chronique d'une femme décalée - Bonne Année

Chronique d'une femme décalée - Bonne Année

Les Girouettes et Alep

Les Girouettes et Alep