info.caboteur@gmail.com

Chronique d’une femme décalée n°8 - La sexualité des hamsters en Patagonie.

Chronique d’une femme décalée n°8 - La sexualité des hamsters en Patagonie.

Oyé oyé tout le monde c’est bientôt la Saint Valentin et la Saint Valentin, c’est la fête des amoureux !

Bon quand on n’est pas amoureux ça la fout mal quand même. Parce que les petits cœurs, les petits namours par ci, namours par-là, les cadeaux, le resto, le champagne, l’hôtel et tutti quanti ce n’est pas pour les célibataires ! Alors je me suis dit, pour changer les idées aux célibataires, et bien je vais leur parler de la sexualité des hamsters en Patagonie ça vous parle ça ?

Terre d’accueil des hamsters, la Patagonie nous révèle les secrets de la sexualité de ces caviidés.

La Patagonie : Terre d’accueil des rongeurs.

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, le hamster s’est très bien acclimaté au climat de la Patagonie qui n’est pas forcément très chaud. Les steppes arides infinies sont peuplées de moutons (les hamsters risquent alors leur vie chaque fois qu’ils traversent entre les pattes de ces ovins beaucoup plus gros qu’eux) et les routes solitaires donnent quand même sur les plus spectaculaires massifs de la planète (terrain de jeux bien entendu trop vaste pour ses si petits mammifères.) Pourtant un de ses plus proches cousins, le Mara ou lièvre de Patagonie, descendant du hamster, est originaire de cette terre d’accueil des rongeurs de la famille des caviidés. Certes, il n’y a aucune comparaison possible en matière de taille puisque le lièvre de Patagonie est de la taille d’un lièvre comme son nom l’indique. 4 fois, 5 fois plus gros que le hamster donc.

Les hamsters : une sexualité débridée.

La Patagonie a une moyenne de température un peu froide. C’est sans doute ce qui pousse les hamsters à se tenir chaud en copulant. Il faut tout d’abord que les prétendants se plaisent et en l’espace de quelque temps, leur union peut donner une très nombreuse progéniture. Quelques milliers de petits hamsters en l’espace d’un an seulement. Il faut dire que si c’est le coup de foudre absolu et que comme la femelle a une maturité sexuelle précoce la fusion est parfaite ! 

Le mâle n’a cependant pas son mot à dire dans le choix de sa compagne. C’est la femelle qui décide si l’union est possible ou pas. Elles ne sont réceptives que tous les 5 ou 6 jours. Du coup, si elles ne sont pas prêtes à s’unir, elles réagissent de manière agressive et peuvent blesser mortellement le mâle qui ne leur plairait pas.

Les espèces ne peuvent pas se mélanger. Pas de hamster russe avec un hamster nain, pas de hamster nain avec un hamster d’Europe par exemple. Mais en Patagonie, les steppes permettent à chaque famille de ne pas se mélanger dans ces étendues ou l’espace est de rigueur. Souvent, les biologies et les comportements ne sont pas compatibles d’une espèce à l’autre. Ainsi, les frères et sœurs ne peuvent pas non plus se croiser, ce qui provoquerait des tares congénitales. 

L’âge idéal pour la reproduction est de 2 mois pour la femelle (hamster nain 4 mois) sinon elle pratique le cannibalisme faute de pouvoir nourrir ses petits (après tout, à quoi ça sert d’avoir tant de gosses, autant qu’il me nourrisse moi, pensera-t-elle). Quant au mâle, la maturité sexuelle est seulement de 6 semaines (les rapides de l’appendice).

La Patagonie permet aux hamsters de pouvoir vivre pleinement cette sexualité débridée qui donne naissance rapidement à une ribambelle de petits qui au mieux finiront bouffés par leur mère, au pire écrasés par un mouton dans les steppes.

Bon ok là je suis vraiment décalée, mais avouez que le temps que vous venez de prendre à lire mes conneries, vous n’avez plus pensé à votre célibat ? Et Bonne Saint Valentin à tous les amoureux.

Aurore Guillard

La femme décalée de la chronique 

 

Les magazines féminins

Les magazines féminins

Chronique d'une femme décalée - Bonne Année

Chronique d'une femme décalée - Bonne Année