info.caboteur@gmail.com

Les magazines féminins

Les magazines féminins

De toutes les femmes de ma famille, ma mère, ma grand-mère, mes tantes, nous lisions des magazines féminins que souvent nous nous passions, parce que mine de rien ça coute cher ces conneries. Depuis toute petite, j’étais donc abreuvée de Marie-Claire, Femme actuelle et autres Nous Deux. Nous Deux et les fameux romans photos, mémorables, John finit toujours avec Barbara non sans avoir couché avec Linda qui n’est autre que la sœur de Barbara. Mais bon, ce n’est pas ces magazines là que j’ai envie de décortiquer aujourd’hui. Non, aujourd’hui, dans les rayons du libraire, on trouve toujours notre fameux Nous Deux, mais il y a Biba, toujours notre Femme Actuelle, et puis Cosmopolitan, Elle, Madame Figaro et j’ai bien envie d’une petite analyse, parce que là sérieux, on nous prend un peu pour des billes nous les femmes ? Bon d’une année sur l’autre, les couvertures ne changent pas beaucoup au fil des mois, mois qui sont bien en avance en général : vous achetez le magazine du mois de janvier au mois de décembre, cherchez l’erreur, résultats des courses on vous parle de la Saint Valentin à Noël et de Noël à Pâques ! Après, les rubriques sont diverses et variées mais se rejoignent souvent : vous allez pouvoir mettre cette superbe robe de cocktail pour aller manger les petits fours dont la recette est en fin de magazine tout en vous faisant une escapade dans la meilleure station de montagne dont l’adresse est également en fin de magazine. Non sérieux, attendez on rembobine le truc vous allez voir ce n’est pas si simple. Déjà la plupart du temps, les fringues présentes, elles sont immettables dans la vie de tous les jours et nous on vit bien tous les jours non ? Ensuite quand on vous torture pas l’esprit avec le pardon, ou comment trouver un homme, on vous dit que vous êtes trop grosse et que vous devez maigrir, sauf que, cherchez l’erreur, à la fin (voire à la faim) du magazine il n’y a que des recettes ! Le pire pour ça, c’est Modes et Travaux : normalement on est censé-e-s trouver des trucs de modes et des trucs pour faire des travaux. Alors la dernière fois que je l’ai lu, j’ai appris à faire un pull, une pochette de soirée en tricot, à peindre un pot de yaourt pour en faire des vides poches et surtout à cuisinier !!! Un risotto de la mer, une tarte tropézienne et j’ai découvert toute la gamme des farines ! Alors je résume, la femme se cantonne à mettre des fringues immettables, se maquille, tricote et fait la cuisine ! ils sont un peu beaucoup dans le cliché ces magazines non ? Alors j’oubliais un truc essentiel aussi, spécialité de ce genre de magazine, le torturage des méninges !!! Alors comment lui pardonner s’il est infidèle, avez-vous déjà vraiment connu l’orgasme, comment changer ma vie en trente cases, l’amour court-il toujours ? J’arrête, je ne fais pas le procès des magazines féminins (si un peu quand même) non parce qu’au fond je les adore, le mois prochain je rêverai devant une robe que je ne mettrai jamais, j’aurai appris un nouveau point de tricot et j’aurai pardonné à ma meilleure amie d’avoir bouffé tout le gâteau dont la recette était en page 135, car elle m’aura offert le forfait du week-end à Megève de la page 159. Et j’oubliais, avec l’horoscope de la dernière page, plus de surprise sur les imprévus du mois !

 

Aurore Guillard

La Femme Décalée de la Chronique

Où est le romantisme ????

Où est le romantisme ????

Chronique d’une femme décalée n°8 - La sexualité des hamsters en Patagonie.

Chronique d’une femme décalée n°8 - La sexualité des hamsters en Patagonie.